Techniques du vitrail

La création d’un vitrail comporte de nombreuses étapes qui ont toutes leur importance dans le rendu final.

Vitrail traditionnel au plomb

La technique du vitrail au plomb est très ancienne et n’a guère varié depuis le moyen âge. Les pièces de verre sont serties dans des profilés en plomb, puis l’ensemble est solidarisé par une soudure à l’étain à chaque intersection des plombs.

Maquette du vitrail
La première étape, essentielle, est un échange avec le client pour bien comprendre ses attentes et ses goûts. Ensuite une visite sur place s’impose pour étudier l’espace disponible pour le futur vitrail et son exposition à la lumière. Nous sommes alors en mesure de  réaliser une maquette du vitrail à échelle réduite comportant déjà le futur réseau de plomb, la coloration des verres et la peinture éventuelle. Une fois cette maquette validée par le client, nous réaliserons le carton.

Carton du vitrail
Le carton est le dessin grandeur nature du vitrail. Il permet d’affiner le réseau de plomb qui doit respecter les orientations artistiques de la maquette, mais également assurer la solidité du vitrail.

Calque et tracé
Le carton réalisé, il convient d’en faire un calque et de le reporter à l’aide de carbone sur du papier épais, en numérotant chaque pièce. Si le vitrail intègre des pièces peintes, on réalisera deux calques du carton. L’un permettra de placer les pièces de verre au fur et à mesure de la coupe, l’autre servira de guide lors de la peinture.

Coloration
Vient ensuite le choix des qualités et des couleurs des verres qui composeront le vitrail. Outre l’aspect artistique, le choix des verres doit répondre à l’environnement du vitrail : luminosité, orientation dans l’espace, nécessité de masquer un vis-à-vis… C’est une étape fondamentale de la création du vitrail réalisée en collaboration avec le client.

Découpe des calibres
Le dessin reporté sur le papier épais est ensuite découpé au ciseau trois lames pour obtenir les calibres qui serviront de gabarits pour la coupe des pièces de verre. Le ciseau trois lames comprend une lame centrale qui retire automatiquement l’épaisseur de l’âme du profilé en plomb.

Coupe de verre
Chaque pièce composant le vitrail est coupée suivant son calibre dans le verre sélectionné à l’aide d’un coupe-verre, "diamant" ou "roulette" en carbure de tungstène au choix.

Peinture à la grisaille et émail
Si le vitrail intègre des motifs peints, la peinture sera réalisée avant le montage, chaque pièce peinte devant passer au four pour fixer définitivement les pigments dans le verre. Dans le langage commun, on utilise le terme de peinture, mais dans l’art du vitrail, il s’agit en fait d’une solution d’oxydes métalliques réduits en poudre, dilués dans différents liants tels que l’eau, le vinaigre, le lait…, suivant l’effet recherché. En fonction des oxydes métalliques utilisés, on parle de grisaille, de jaune d’argent, de jaune de cuivre ou d’émail.

 

Mise en plomb, soudure et masticage du vitrail
Un vitrail n’étant ni plus ni moins qu’un puzzle, la dernière étape consiste à assembler les pièces de verre entre elles. Cela s’effectue à l’aide de profilés de plomb en forme de H, soudés à l’étain à chaque intersection sur les deux faces du vitrail pour solidariser l’ensemble. Suivant l’usage prévu (intérieur ou extérieur), on mastique une ou deux faces du vitrail pour assurer son étanchéité. Après le durcissement du mastic qui peut varier suivant les saisons, le vitrail pourra enfin être posé à l’emplacement prévu, et admiré !

Voir les créations de vitraux

Vitrail Tiffany

La technique du vitrail Tiffany a été inventée par Louis Comfort Tiffany vers la fin du 19ème siècle.

Les différentes étapes de conception d’un vitrail Tiffany sont identiques à celles d’un vitrail traditionnel au plomb, seule la technique d’assemblage diffère. Les pièces du vitrail sont serties une à une d’un ruban de cuivre, puis soudées à l’étain sur tout leur contour. Le cuivre servant de support à la soudure, il ne sera plus visible une fois le vitrail terminé.

Une fois coupées au calibre, toutes les pièces de verre du futur vitrail sont meulées pour sabler leurs contours et permettre une bonne adhérence du ruban de cuivre.
Après nettoyage, chaque pièce de verre est sertie d’un ruban de cuivre autocollant et replacée sur le calque de montage. Le vitrail ainsi reconstitué, les pièces sont soudées sur leur contour, de manière continue, à l’étain. Les soudures peuvent être conservées couleur étain naturel (argenté), ou être patinées en noir, cuivre ou or, suivant le rendu final souhaité.

La technique du vitrail Tiffany permet d’obtenir un sertissage plus fin que le montage au plomb, et donc d’utiliser des pièces de verre plus petites. Elle autorise également les montages en volume comme pour les fameuses
lampes Tiffany !

Voir les lampes en vitrail Tiffany

Découvrir l'histoire du vitrail

©2017 Tous droits réservés - Terre de Vitrail  - 06 60 15 21 91

Coupe des pièces du vitrail

Une fois coupées, les pièces de verre du futur vitrail sont disposées sur le calque.